Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #internet

le T-commerce de Twitter

13 Septembre 2014, 18:52pm

Publié par Grégory SANT

link

Twitter commerce Le bouton acheter de Twitter est maintenant officielCertains utilisateurs pourront maintenant effectuer des achats en ligne juste en tapant sur un bouton « buy » sur les tweets.

Bientôt, vous n’aurez peut-être plus à sortir de votre réseau social préféré pour effectuer des achats en ligne. En effet, après que Facebook l’ait fait, c’est au tour de Twitter d’annoncer officiellement son bouton « acheter ».

En vérité, il ne s’agit pas d’une grande surprise puisque de nombreuses fuites et rumeurs avaient déjà laissé prédire ce moment.

Mais cette fois-ci, c’est Twitter qui l’annonce. Pour le moment, il s’agit d’un test. Ainsi, le bouton « acheter » de Twitter ne sera visible que pour un nombre restreint (mais qui va croitre au fur et à mesure) d’utilisateurs aux Etats-Unis.

Afin de rendre tout cela possible, la plateforme de microblogging a travaillé avec le réseau social Fancy, Gumroad, Musictoday et Sripe (un concurrent de PayPal). Mais pour l’utilisateur, tout sera plus ou moins transparent, comme si c’était Twitter qui faisait tout.

De plus, dans un premier lieu, la fonctionnalité n’apparaitra que sur les tweets de quelques marques, artistes et ONG dont  The Nature Conservancy, Pharrell, Wiz Khalifa, Panic At The Disco ou encore Paramore.

Twitter : place au « t-commerce » ?

Désormais, certains utilisateurs américains verront donc des tweets provenant de ces comptes, avec un bouton « acheter » ou plus exactement « Buy » (ou encore « Buy Now »).

Le but est de rendre le processus d’achat en ligne le plus simple possible et dans un premier lieu,  le bouton n’apparaîtra que sur mobile.

Lorsqu’un utilisateur appuie sur le bouton « Buy », il accède tout d’abord à une description détaillée du produit concerné. Puis, il est invité à fournir ses informations de paiement et de livraison.

Pour Twitter, qui ne réalise pas encore de profits, il pourrait s’agir d’un excellent moyen de générer des revenus supplémentaire via des commissions. Mais en plus de cela, si le système fonctionne, cela va encourager les marques à être plus actives sur la plateforme et donc dépenser plus d’argent en publicités.

Source : presse-citron.net

 

Voir les commentaires

Hyperlase : une appli de montage vidéo

2 Septembre 2014, 17:27pm

Publié par Grégory SANT

La dernière application à venir sur Instagram ne fait qu’une chose. Mais elle le fait bien. Hyperlapse est un éditeur de vidéo qui stabilise et accélère vos enregistrements vidéo afin que vos rendus ressemblent à des productions cinématographiques de qualités, imitant ce que vous pourriez faire et obtenir à partir d’une application de montage vidéo professionnelle. Wired a qualifié cette dernière comme « une installation à 15 000 dollars dans la main ».

L’application fonctionne simplement : vous commencez l’enregistrement, vous le stoppez, et vous partagez vos vidéos en un clic sur trois boutons distincts. Sur l’écran d’édition, la seule option pour régler votre hyperlapse, est de choisir une vitesse de lecture entre 1x et 12x par rapport à la vitesse réelle. Autrement dit, l’ultra accéléré permet de raccourcir considérablement le temps réel.

Pourquoi n’est-ce pas tout simplement une caractéristique de l’application Instagram ? Une réponse est que Instagram est déjà submergée de fonctionnalités. Une option privée de messagerie, Instagram Direct, ne semble pas avoir menacée des applications de messagerie comme Snapchat. Une mise à jour en juin dernier a apporté une vaste suite de fonctionnalités dédiées à la photographie professionnelle, sans pour autant que Instagram nous indique le nombre d’utilisateurs qui a pris la peine de les utiliser.

À côté de la traditionnelle application, Hyperlapse est réellement élégante.

Enregistrement de la vidéo

Réglage et partage de la vidéo

Pour utiliser Hyperlapse, vous n’avez même pas besoin d’un compte Instagram, il suffit de lui donner la permission d’accéder à votre caméra et au microphone, et le tour est joué. Pour l’instant, vous avez besoin d’un iPhone ou un autre appareil mobile d’Apple pour l’utiliser, puisque l’application est uniquement disponible dans l’App Store d’Apple à ce jour.

Voir les commentaires

Google Fit : votre base de données santé

30 Juin 2014, 17:28pm

Publié par Grégory SANT

Google Fit veut être votre principale source de données de santé

Il y a quelques semaines, on a entendu que Google dévoilerait sa nouvelle plate-forme de fitness à la conférence I/O 2014. Cela ne nous a pas surpris. Peu de temps après, Apple a dévoilé une plate-forme similaire nommée Healthkit à WWDC 2014. Là, la firme de Mountain View a annoncé Google Fit. Certaines personnes utilisent plusieurs applications pour le suivi de leur santé et fitness, que ce soit une app qui mesure les pas ou qui nous apprend les exercices physiques. La plate-forme veut apporter toutes les informations de ces différentes applications en un seul endroit qu’elles peuvent facilement partager entre elles sans que vous ayez à le faire manuellement.

Google Fit veut être votre principale source de données de santé

La plate-forme Google Fit est essentiellement un ensemble d’APIs que des développeurs peuvent utiliser pour créer des applications qui partagent des données de santé et de fitness entre elles. La fonction sera en option, donc par défaut vos données ne seront pas partagées entre différentes applications, à moins que vous ne leur donnez la permission de le faire. C’est aussi plus facile pour l’utilisateur d’analyser les données collectées par les différentes applications.

Google souligne le fait que le partage des données des apps dépend entièrement de l’utilisateur. Vous décidez ce que vous partagez avec quelles apps et vous avez toujours la possibilité de supprimer les données quand vous voulez.

Google Fit veut être votre principale source de données de santé

De plus, la plate-forme Android devient un « collecteur » de données de hardware venant d’autres fabricants. Par exemple, des capteurs d’Adidas fonctionneraient avec Google Fit, et même Nike va ouvrir ses apps pour intégrer Nike Fuel avec Fit.

Les développeurs auront accès à la plate-forme dans les prochaines semaines et ils pourront créer leurs propres solutions. Les utilisateurs finaux devront d’abord attendre la prochaine mise à jour majeure d’Android.

Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Apple fait l'acquisition de Spotsetter

10 Juin 2014, 18:47pm

Publié par Grégory SANT

pple vient d’acquérir Spotsetter, un service qui, dans ses propres mots, « fournit des recommandations personnalisées pour des endroits à visiter », tels que des restaurants, des magasins et des lieux de divertissement. La technologie du service permet de « déposer » des données sociales sur des cartes numériques, qui ne laissent pas trop de place à l’imagination quant à la façon dont Apple pourrait faire usage de son acquisition la plus récente.

L’application Spotsetter sur iOS et Android a recueilli des données à partir d’une variété de sources, y compris les recommandations des amis et des réseaux sociaux. Un utilisateur peut rechercher par lieu, par catégorie ou mot-clé pour en savoir plus sur un lieu particulier, avec une attention particulière à l’opinion des amis sur les différents sites.

Spotsetter sur iOS et Android

L’affaire, révélée à TechCrunch par une source anonyme, intervient une semaine après que Spotsetter de la Silicon Valley ait annoncé que son application a été retirée des différentes boutiques d’applications.

Dans un court message sur son site Internet, le co-fondateur de Spotsetter, Johnny Lee, a laissé entendre que quelque chose se tramait, affirmant que son équipe avait encore « de grands rêves pour la recherche personnalisée de lieux », ajoutant qu’il se réjouissait de voir « de grands progrès dans ce domaine ».

Bien que la société n’a pour le moment fait aucune annonce officielle sur la potentielle acquisition, l’affaire semble réelle puisque à la fois Lee et son collègue co-fondateur Stephen Tse (un ancien ingénieur de Google Maps) aient renseigné Apple comme emploi actuel sur leurs pages respectives LinkedIn.

Comme pour les autres membres de l’équipe de Spotsetter, TechCrunch affirme que seuls « certains » d’entre eux ont fait le déplacement à Cupertino.

Après le lancement raté d’Apple concernant Plans en 2012, le géant de la technologie a travaillé dur pour apporter régulièrement des mises à jours, et ce afin de combler les lacunes en poussant de multiples nouvelles fonctionnalités.

On s’attend à ce que Apple sorte une version très améliorée de Plans plus tard cette année avec le lancement de iOS 8, et qui pourrait disposer des caractéristiques de la technologie de Spotsetter.

Source : blog-nouvelles-technologies.fr

Voir les commentaires

Moves : l'aspirateur à données de Facebook

10 Mai 2014, 18:42pm

Publié par Grégory SANT

 

Le rachat de Moves, application de suivi d’activité pour mobile, par Facebook, constitue un nouveau pas en avant dans le monde de la collecte de données. La marque vient en effet d’annoncer que l’application enverrait certaines données de ses utilisateurs au réseau social, contrairement à ce qui avait été annoncé lors du rachat.

Moves est une application capable de garder en mémoire tous les déplacements de son utilisateur, permettant ainsi de lui fournir un suivi complet de son activité physique. Son rachat par Facebook avait forcément soulevé la question de savoir ce que deviendraient les données, et l’éditeur avait alors affirmé qu’il « n’est pas prévu d’échanger de données ». Prévue ou pas, cette fonction sera néanmoins implantée cette semaine dans l’application, et permet de conserver et envoyer des données vers Facebook ou un tiers.

Évidemment, cela constitue une base de données conséquente pour le réseau social, qui va être directement alimentée par les utilisateurs de l’application. Plus fort encore : la collecte de données sera possible même si l’utilisateur refuse de lier l’application à son compte Facebook.

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Apple imagine une solution pour envoyer des SMS en marchant

3 Avril 2014, 17:44pm

Publié par Grégory SANT

 

Pour les accros aux SMS, Apple a imaginé un système d’affichage qui leur permettrait d’écrire tout en marchant sans risquer de buter dans un passant ou un obstacle. Le principe utiliserait la caméra arrière de l’iPhone pour diffuser l’image à la place du fond d’écran de l’application. © Apple                                                  Pour les accros aux SMS, Apple a imaginé un système d’affichage qui leur permettrait d’écrire tout en marchant sans risquer de buter dans un passant ou un obstacle. Le principe utiliserait la caméra arrière de l’iPhone pour diffuser l’image à la place du fond d’écran de l’application. © Apple

 

En dehors des appels vocaux, l’envoi de SMS est l’activité la plus répandue sur les smartphones, selon une étude de Pew Research consacrée aux usages des téléphones mobiles. En effet, il n’est pas rare aujourd’hui de croiser des personnes dans la rue qui rédigent leurs messages même en marchant ! Évidemment, une telle pratique ne va pas sans risque de se heurter à d’autres passants ou de trébucher sur un obstacle.

Heureusement (ou non, c’est selon), Apple a eu une idée pour favoriser cet usage nomade en le rendant moins périlleux. La firme à la pomme a déposé un brevet auprès du Bureau américain des brevets et des marques (USPTO) qui décrit un système de « transparent texting » grâce auquel l’utilisateur peut écrire un SMS tout en voyant ce qui se passe devant lui. L’idée d’Apple est somme toute assez simple. Elle consiste à se servir de la caméra arrière du smartphone comme d’un système de surveillance qui affiche l’image en fond d’écran afin que la personne en train d’écrire voie en même temps devant elle pendant qu’elle marche. Le système simule un effet de transparence en remplaçant le fond d’écran de l’application par le flux vidéo. Apple a prévu que les fenêtres de discussion pourraient elles-mêmes être légèrement translucides pour améliorer la visibilité.

Dans sa demande de brevet déposée aux États-Unis, Apple décrit le fonctionnement de système de « SMS transparent ». En appuyant sur un bouton situé dans l’interface de l’application, l’utilisateur pourrait activer la caméra arrière de son iPhone pour voir en arrière-plan ce qui se passe devant alors qu’il marche tout en rédigeant son texte.
Dans sa demande de brevet déposée aux États-Unis, Apple décrit le fonctionnement de système de « SMS transparent ». En appuyant sur un bouton situé dans l’interface de l’application, l’utilisateur pourrait activer la caméra arrière de son iPhone pour voir en arrière-plan ce qui se passe devant alors qu’il marche tout en rédigeant son texte. © Apple

Le SMS transparent, une fausse bonne idée ?

Le document remis à l’USPTO explique que ce système de transparence pourrait être activé à partir d’un bouton situé dans l’application lorsque la personne a besoin d’écrire tout en se déplaçant. Apple a prévu que cette technique pourrait s’appliquer au navigateur Internet ou à une liseuse électronique. On a cependant du mal à imaginer qu’il soit confortable de consulter un site Internet ou de lire un e-book avec une vidéo en fond d’écran… Mais comme c’est en général le cas avec les brevets, Apple pense à tout, histoire de ne pas laisser d’ouverture à la concurrence.

Bien que techniquement simple et aisément réalisable, ce système ne serait peut-être pas aussi pratique qu’il en a l’air. En effet, pour voir devant soi, il faudrait tenir le smartphone dans une certaine position à hauteur des yeux, ce qui est loin d’être la position la plus confortable pour écrire un message. De plus, le champ de vision de la caméra devrait être adapté pour offrir une vue périphérique assez large tout en couvrant aussi ce qui se passe aux pieds de la personne. Ajoutons enfin que l’activation en continu de la caméra serait sans doute aussi très gourmande en énergie. Un tel système n’irait pas sans poser des questions de sécurité qui pourraient engager la responsabilité du constructeur en cas d’accident. Rappelons néanmoins qu’il s’agit pour le moment d’une demande de brevet qui n’a pas forcément vocation à être appliquée…

Source : futura-sciences.com

Voir les commentaires

Le "courrier augmenté" Flash Mailing par La Poste

31 Mars 2014, 20:05pm

Publié par Grégory SANT

 

nl907-image-flash-mailing

La Poste lance l’application de «courrier augmenté» Flash Mailing, pour smartphones et tablettes iOS et Android. L'appli permet de flasher une page ou une image et de renvoyer directement vers un contenu digital additionnel (formulaire de demande de rendez-vous, visionnage d’une vidéo, plan de géolocalisation, fiches produits ou site...). Elle fait également le lien avec l'utilisateur (exemple : dans l’agenda vient s’inscrire la date des soldes privées...). Flash Mailing est actuellement en cours d’expérimentation avec une dizaine d’annonceurs multi-secteurs et devrait être généralisée au 2ème semestre 2014.
La Poste, qui se charge d’intégrer l’URL et les contenus sur lesquels l’entreprise souhaite communiquer, précise que «de nombreux parcours clients peuvent être créés grâce à ces solutions connectées : accélérer la création de trafic en magasin en proposant une promotion, augmenter sa notoriété en organisant un jeu-concours à partager sur les réseaux sociaux ou faire connaître un nouveau produit en offrant un échantillon».

 Source : offremedia.comlink

Voir les commentaires

App YouCam Perfect

26 Mars 2014, 18:50pm

Publié par Grégory SANT

Le groupe CyberLink (5203.TW), fournisseur de solutions média créatives et innovantes, présente YouCam Perfect pour iOS, une application développée pour iPhone & iPad pour améliorer facilement les selfies. Après la sortie de YouCam Perfect sur Android, cette version iOS dispose également d'un mode auto-embellissement composé de 6 niveaux pour prendre votre selfie, l'embellir rapidement et le partager en quelques secondes. YouCam Perfect est disponible sur l'App Store & Google Play Store.

 

 

"Après la sortie de YouCam Perfect pour Android début mars, nous avons été époustouflés par les notes positives des utilisateurs dans Google Play Store et les communautés en ligne. À ce jour, en moins de trois semaines, l'application est rapidement devenue l'une des apps les mieux notées de sa catégorie," a déclaré Alice H. Chang, CEO de CyberLink.  "Grâce à ce succès, nous avons reçu de nombreuses demandes de nos utilisateurs demandant une version iOS. Notre équipe de développement a donc travaillé dur pour vous apporter avec plaisir et gratuitement les nombreuses fonctionnalités de YouCam Perfect pour iPhone et iPad."

 

YouCam Perfect offre de nombreux outils faciles d'utilisation pour ajuster la peau, la forme du visage et la taille des yeux pour améliorer vos selfies. YouCam Perfect dispose également d'une série d'effets et cadres, la possibilité de faire des collages photos et de les partager en quelques touches. Et cerise sur le gâteau, CyberLink intègre la technologie de suppression intelligente d'objets, une grande première pour ce genre d'application, permettant aux utilisateurs de supprimer les objets gênants sur leurs photos.

 

Fonctionnalités clés de YouCam Perfect (pour Android et iOS):

=> Embellissez vos portraits en quelques secondes. Avec l'auto-embellisseur, vous pouvez choisir jusqu'à 6 degrés d'embellissements pour perfectionner votre photo.

=> Obtenez une peau parfaite en quelques touches. Les lisseur et blanchisseur de la peau, sans oublier la suppression des tâches rendent rapidement votre peau plus jeune et radieuse.

=> Transformez votre look avec le remodeleur du visage.

=> Donnez de la profondeur à votre regard avec les fonctions agrandissement des yeux, suppression des poches sous les yeux et suppression des yeux rouges.

=> Supprimez les objets gênants en quelques secondes avec l'aide de la fonction suppression d'objets.

=> Créez avec style des collages et partagez-les instantanément.

 

Disponibilité

YouCam Perfect est disponible gratuitement en téléchargement sur l'App Store et Google Play Store.


YCP-FR.png

Voir les commentaires

Le bracelet intelligent Shine

7 Mars 2014, 19:41pm

Publié par Grégory SANT

Misfit Shine main Test du bracelet connecté Misfit Shine

La capteur Misfit Shine se différencie des autres par plusieurs points essentiels ! La Start-up californienne fait le pari de la simplicité, de la finesse mais ne tire pas un trait sur les fonctionnalités. Le Shine comptabilise le nombre de pas, de calories brulées, la distance parcourue mais pas uniquement comme vous allez pouvoir le constater dans cet article.

Comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement est assez simple ! Les LED présentes sur le Shine indiquent deux choses :

  • L’heure (une LED fixe indique l’heure, une LED clignotante les minutes)
  • L’objectif (les LED représentent le pourcentage de votre objectif atteint)

Pour lire ces infos il suffit de tapoter deux fois sur la surface du Shine et voir apparaître douze LED, comme le cadran d’une montre.

Pour le reste, tout se passe sur votre smartphone via l’application Shine (version Iphone et Android en bêta).
A savoir que le Shine utilise le Bluetooth 4.0 LE, il est donc très peu énergivore.

Ergonomie

Le module se porte de plusieurs façons :

  • Dans un bracelet en plastique, la meilleure et la plus simple des solutions
  • Dans un Clasp, minuscule support aimanté qui permet de clipser le Shine à votre chaussure, maillot de bain, chemise, short…etc
  • Dans un bracelet en cuir, plus élégant mais plus lourd et moins pratique pour prendre sa douche icon wink Test du bracelet connecté Misfit Shine
  • Dans un collier pour que madame le porte comme un bijou : FBI* (*fausse bonne idée)

misfit pascal Test du bracelet connecté Misfit Shine

Le Shine n’est pas beaucoup plus grand qu’une pièce d’un euro et c’est clairement le plus fin, le plus léger (9,4 grammes), le plus agréable de tous les bracelets connectés et le seul qui ne ressemble pas à un bracelet pour geek. Aussitôt au poignet, aussitôt oublié !
Le Shine fonctionne avec une pile classique de montre, il n’est donc pas nécessaire de le recharger tous les 3-4 jours comme ses concurrents. Je trouve ceci vraiment pratique, car comment suivre mon activité ou mon sommeil si je dois retirer mon bracelet pour le recharger ?
Il n’est pas fragile et est étanche, là encore le Shine se fait complètement oublier car vous pouvez le porter dans toutes les situations (jour, nuit, douche, piscine)  
 

Prise en main / Test vidéo

L’interface sur iOS

Comme vous avez pu le voir sur la vidéo de prise en main, l’application Iphone est plutôt bien pensée et conviviale. Pour jumeler le Shine avec votre Iphone il suffit d’allumer le Bluetooth et poser le Shine sur l’écran de votre Iphone quand celui ci vous le demande lors du premier lancement. Vous configurez votre profil, poids, taille, objectif et pour le reste le Shine fait le boulot tout seul. Il se synchronise tout seul de temps en temps ou alors lorsque vous lancez l’application. Je conseille de synchroniser manuellement et donc de désactiver la synchronisation automatique, pour économiser la pile.

Vous pouvez démarrer une session en tapotant 3 fois sur le Shine, mais depuis la dernière mise à jour le Shine détecte automatiquement vos activités. C’est très agréable surtout pour le sommeil, le Shine détecte automatiquement le moment où vous allez vous glisser sous la couette et le moment où vous vous réveillez.

Vous pouvez ensuite consulter :

  • Le nombre de pas
  • Le nombre de kilomètres parcourus
  • Le nombre de calories brûlées
  • Le nombre de points : 700 points correspondent à 1 heure de marche, 20 minutes de course ou 30 minutes de natation.
  • Le classement des points de vos amis et du réseau Shine et partager ces informations.
  • Plusieurs graphiques représentant le détail de votre activité selon l’heure
  • Le détail de chacune de vos sessions d’activités (jogging, natation, vélo, sommeil)
  • Le détail de votre nuit grâce au suivi automatique de votre sommeil et un graphique détaillant celui-ci

 Test du bracelet connecté Misfit Shine  Test du bracelet connecté Misfit Shine  Test du bracelet connecté Misfit Shine  Test du bracelet connecté Misfit Shine  Test du bracelet connecté Misfit Shine

 

 

 

 

 

 

L’interface sur Android

C’est un des mauvais points du Shine, la version Android de son application n’est pour l’instant qu’une beta qui offre beaucoup moins de possibilités comparé à la version iOS.

Vous pourrez uniquement consulter :

  • Le nombre de pas
  • Le nombre de calories brûlées
  • le nombre de kilomètres parcourus
  • le temps de sommeil
  • le temps de sommeil profond

Aucun graphique, aucune fonctionnalité sociale(amis, communauté, partage…), aucune possibilité de voir vos sessions de jogging, vélo ou autres. icon sad Test du bracelet connecté Misfit Shine

La version Android fait vraiment le strict minimum, mais le fait bien, depuis la dernière mise à jour, je n’ai aucun problème de synchronisation ou de connexion.

Screenshot 2014 03 05 18 04 16 120x213 Test du bracelet connecté Misfit Shine Screenshot 2014 03 05 18 04 22 120x213 Test du bracelet connecté Misfit Shine Screenshot 2014 03 05 18 04 29 120x213 Test du bracelet connecté Misfit Shine Screenshot 2014 03 05 18 04 36 120x213 Test du bracelet connecté Misfit Shine Screenshot 2014 03 05 18 05 12 120x213 Test du bracelet connecté Misfit Shine

 

 

 

 

 

 

Autonomie

Une pile de montre classique (fournie dans la boîte) alimente le Shine, la fréquence d’utilisation et de synchronisation fera varier la durée de vie de cette pile. D’après Misfit celle-ci devrait durer entre 3 et 4 mois. L’avenir nous dira si ces prévisions étaient justes. Avec son design, c’est donc le point de plus appréciable du Shine , car c’est aujourd’hui le seul bracelet connecté pouvant être utilisé pendant plusieurs mois sans recharge.

Conclusion

Le Shine est le bracelet le plus agréable que j’ai testé, , il se fait oublier en moins de cinq minutes et ne ressemble pas à un jouet pour geek.
Il est étanche et explose ses concurrents au niveau de l’autonomie, il restera donc 24h/24 à votre poignet, indispensable pour suivre « réellement » son activité.

Ce qu’il manque au Shine pour être presque parfait

  1. L’application Android : Elle mérite d’être au niveau de celle d’iOS tout simplement !
  2. Des notifications : J’aimerai que mon Shine vibre lors de la réception d’appels ou SMS et me prévienne également lorsque je m’éloigne de mon smartphone
  3. Une interface web : Presque tous les concurrents ont une interface web synchronisée avec l’application mobile, curieusement absente sur le Shine ce qui ne renforce pas l’aspect communautaire qui reste un de ces points faibles. C’est pourtant grâce à ça que le Fuelband de Nike « cartonne » alors qu’il offre moins de technologies que la plupart des autres bracelets connectés.

Source : w3sh.com   

Voir les commentaires

Paper : l'appli actu de Facebook

5 Février 2014, 18:55pm

Publié par Grégory SANT

 

 

« La meilleure application proposée par Facebook » : le site spécialisé The Verge n'a pas de mot assez doux pour qualifier le dernier bébé de la firme de Menlo Park (Californie), lancé mardi 4 février pour les dix ans du site.

Les standalone apps - applications liées à Facebook mais utilisables séparément - ont jusqu'à présent échoué à convaincre et / ou émerveiller les utilisateurs du plus grand réseau social de la planète. Après l'échec de Poke et le peu de suprises réservées par Messenger, Facebook a vu grand. Beaucoup plus grand. Disponible gratuitement sur iPhone et uniquement aux Etats-Unis pour l'instant (ou plutôt, sur un compte iTunes « basé » aux Etats-Unis, un obstacle assez simple à contourner...), l'application Paper fait déjà couler beaucoup d'encre, et les avis sont élogieux.

Les développeurs du Creative Lab de Facebook, où a été mise au point Paper n'ont pas manqué d'ambition pour développer ce « journal personnel », quitte à changer complètement la façon de naviguer propre au réseau social. Sur Paper, ni newsfeed ni timeline à défilement horizontal mais des sections thématiques à défilement horizontal, que l'on choisit d'ajouter à son profil Facebook pour bâtir un journal en ligne personnalisé. 

Le principe n'est pas nouveau, il existe un grand nombre d'applications qui fonctionnent sur le même principe, la plus connue étant Flipboard, qui propose depuis 2012 de créer son magazine personnalisé. 

Flipboard

L'intérêt de Paper est de proposer de connecter les contenus médiatiques aux contenus vie « privée » agrégés sur le profil Facebook  : on en revient au coeur du modèle de Facebook, le partage.

  • Un design pensé pour iOS 7

Tout dans l'application, les couleurs, les effets de transparence, les volumes, les typos, semble avoir été entièrement conçu pour ressembler à iOS 7 et s'y fondre parfaitement. Elle joue le jeu du tactile en fonctionnant grâce au balayage (swipe) des doigts sur l'écran : de gauche à droite pour faire défiler les articles, de haut en bas pour « ouvrir » un post, de bas en haut pour le fermer.

Pour composer son « Paper », il suffit de faire un glisser-déposer avec son index, pareil si l'on veut retirer une section, où les ordonner différemment.

Un beau travail sur la photographie.

En tête des sections et au sein des articles, une belle part est laissée à l'image, souvent superbe. Difficile de savoir si tous les posts sont aussi bien optimisés pour IOS 7, mais la section Exposure notamment présente des photos superbement mises en scène. Les développeurs ont pensé à tout : d'un simple mouvement du poignet (tilt), la photo bouge sur l'écran pour se révéler dans son intégralité. Du grand format sur mobile !

  • Des sections thématiques à personnaliser

L'application repose sur des partenariats avec divers médias, dont il permet d'aspirer certains contenus et d'en proposer une « curation » et ceci sans publicité, tout au moins dans cette première version.

Paper propose, en plus du newsfeed Facebook, une vingtaine de sections thématiques : Headlines (gros titres), Entreprises, Score (sport), Tech, Pop Life (culture), Ideas, Creators (innovation), Equalize (sujets liés au gender), Planet, Family Matters, Cute (chatons et bébés pandas), LOL (MDR), Flavor (cuisine et restauration), Glow (mode et beauté), Home (home staging et ravalement de façades), Pride (l'actualité gay), Exposure (photographie et images), Well Lived (bien-être) et enfin All City (la vie dans les grandes métropoles).

Personnalisation de Paper.

 

Côté contenus, la crème de la crème des médias américains est représentée dans les contenus éditoriaux proposés : le New York Times, Associated Press, le New Yorker, Bloomberg, CNN, Slate, Bon Appetit... 40 publications ont participé au lancement de Paper. De grands titres, donc, mais aussi des blogs, surtout dans les catégories culture, cuisine, bien-être, décoration et bien évidemment sur les sections LOL et Cute.

Et c'est là que survient la frustration : on ne peut pas choisir plus de 10 sections (l'une étant forcément le profil Facebook) à glisser dans son Paper. Impossible donc de satisfaire son appétit sur tous les sujets, alors que tout fait envie : avoir les gros titres à portée de main tout comme suivre l'actualité des nouvelles technologies et satisfaire son goût pour la photo. En passant par la possibilité de visionner, vite fait, une courte vidéo de bébé corgi en train de jouer.

La section Cuisine de Paper.

A l'usage, pourtant, on se rend vite compte que le premier choix de sections n'est pas forcément le meilleur. Par exemple, on se rend vite compte qu'une section que l'on croit indispensable car elle est liée à notre métier (par exemple, la section Tech pour un journaliste Nouvelles technologies) ne répondra pas forcément à nos attentes. A l'inverse, une section que l'on croit très éloignée de nos centres d'intérêt répondra finalement au désir de passer le temps en flânant sur cet outil de lecture qui « choisit pour nous » les contenus. Mais comme l'édition des contenus est assez simple, à base de drag and drop, il n'est pas compliqué d'en changer au fur et à mesure des l'évolution de ses centres d'intérêt.

La curation des articles est l'oeuvre d'une tierce personne (une équipe dédiée chez Facebook), pas celle de l'utilisateur, et il faut pouvoir accepter de se laisser guider par l'aléatoire. Difficile par exemple d'en faire un outil de travail, mais c'est l'application idéale pour passer le temps en salle d'attente.

L'application reste intégrée dans l'univers Facebook et, donc, sont en permanence accessibles sur chaque publication les fonctions « like », « commenter » et « partager ». En tête de section s'affichent les trois principales fonctionnalités qui figurent habituellement en tête du newsfeed : demandes d'amis, messagerie et notifications.

 

Liker, commenter, partager

La question qui vient immédiatement à l'esprit après quelques heures de manipulation de Paper est celle du rapport entre ce journal personnalisé et notre cercle d'amis Facebook, en dehors des fonctions de partage. Pas grand-chose, en fait, et c'est peut-être là que se situe la vraie nouveauté : cette application propose une expérience qui dépasse très largement celle du réseau social.

La plupart des tests publiés sur Paper parviennent à la même conclusion, et l'on ne saurait les démentir : cette application peut parfaitement remplacer la bonne vieille appli Facebook. Toutes les fonctionnalités y sont, et dans un design qui fait passer l'application Facebook pour - presque - ringarde.

Source : lemonde.fr

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>