Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #technologies-multimedia

Une barre de son surprenante par Porsche design

11 Décembre 2015, 19:59pm

Publié par Grégory SANT

Porsche Design vient de lever le voile sur une barre de son au design singulier. L’objet reprend ainsi la forme de l’échappement d’une 911 GT3.

Le pari est osé : Porsche Design lance une barre de son au format 2.1 qui reprend la forme de la double sortie d’échappement circulaire de la 911 GT3. Le bolide, qui balaye le 0 à 100 km/h en 3,5 secondes et atteint la vitesse de pointe de 315 km/h, voit donc l’une de ses pièces transformées en un système intégrant un subwoofer compatible DTS TruSurround, Bluetooth, et qui va pouvoir « cracher » jusqu’à 200 watts. Affichant des dimensions de 74 cm x 28 cm x 32 cm pour un poids de 19 kg, c’est là une belle idée de cadeau de Noël pour tous les fans du constructeur de Stuttgart.

Cet objet de collection est dès à présent disponible à la vente pour 2 900 euros sur la boutique en ligne de Porsche Design.

Source : leshommemodernes.com

Voir les commentaires

D-Wave 2X : l'ordinateur quantique par Google

11 Décembre 2015, 19:48pm

Publié par Grégory SANT

La boîte noire, installée dans le centre de recherche Ames de la Nasa dans la Silicon Valley, non loin du siège de Google, a la taille d'un abri de jardin. Mais elle est dotée d'une puissance de calcul phénoménale.

Cette boîte est le D-Wave 2X, le tout nouvel ordinateur quantique mis au point par le fabricant D-Wave et acquis par Google et la Nasa. Après avoir présenté leur nouvelle machine en septembre , les deux sociétés sont passées à la phase de test .

Lors d'un calcul impliquant plus de 1000 variables binaires, le supercalculateur a été plus de 10 puissance 8 fois plus rapide que son homologue traditionnel, mais aussi que le Quantum Monte Carlo , un algorithme fonctionnant avec des processeurs classiques. « Ce qu’une machine D-Wave fait en une seconde prendrait 10.000 ans à un ordinateur conventionnel », se réjouit Hartmut Neven, directeur de l’ingénierie chez Google.

Qu'est-ce qu'un ordinateur quantique ?

Un ordinateur quantique repose sur des principes fondamentalement différents qu'un ordinateur conventionnel. Basé sur la mécanique quantique, il est doté d'une importante puissance de calcul afin de résoudre des problèmes complexes. Sur un ordinateur classique, chaque bit représente soit un 0, soit un 1. Mais sur un ordinateur quantique, les bits sont des qubit et peuvent représenter de façon simultanée un 0 et un 1. Le D-Wave 2X est doté d'une puce de 1097 qubits.

A quoi peut bien servir une telle vitesse de calcul ?

Le D-Wave 2 a résolu des problèmes d'optimisation. Pour illustrer ce genre de problème, on peut imaginer qu'un vendeur doit trouver le chemin le plus efficace pour passer par un certain nombre de villes. Plus il y a de villes ajoutées sur son trajet, plus le nombre d'itinéraires possibles augmente. Résoudre ce calcul prend alors trop de temps pour un ordinateur classique.

La Nasa est confrontée à des problèmes similaires lors de ses missions spatiales, par exemple lorsqu'elle veut modéliser le voyage d'une sonde. Ce n'est pas le seul domaine où les ordinateurs quantiques pourraient trouver leur utilité . Google, qui traite énormément de données, pourrait par exemple l'utiliser pour améliorer ses Intelligences artificielles.

Une entreprise de défense pourrait également s'en servir pour créer de nouveaux systèmes de contrôle des radars, et gérer des problèmes liés à l’aéronautique et à l’espace. “Il pourrait être possible de savoir instantanément comment les millions de lignes d’un logiciel pilotant un réseau de satellites pourraient réagir à une éruption solaire ou au souffle d’une explosion nucléaire – des calculs qui demanderaient aujourd’hui des semaines”, explique John Markoff , journaliste spécialisé dans ce domaine.

Le D-Wave 2 a été pour le moment conçu seulement pour résoudre un certain type de problème, et la phase de la commercialisation est encore loin. De plus la technologie quantique exige de régler quelques obstacles techniques: le système doit être protégé des interférences magnétiques et sa puce fonctionne seulement en milieu cryogénique, c'est-à-dire à des températures bien en-dessous de zéro.

En dehors de Google et la Nasa, d'autres sociétés se sont pourtant lancées dans le secteur de l'informatique quantique, comme IBM, Microsoft ou Intel.

Voir les commentaires

iPad Pro : la raison du stylet

20 Novembre 2015, 20:22pm

Publié par Grégory SANT

Tout le monde a encore en tête les propos de Steve Jobs concernant les stylets. Lors de la présentation de l’iPhone en 2007, le patron d’Apple s’était moqué de ces accessoires, estimant que le meilleur outil de pointage pour les écrans tactiles était le doigt.

Et les faits ont donné raison à Steve Jobs, au vu du succès phénoménal de l’iPhone. Mais les choses ont commencé à changer avec les phablettes de Samsung équipées d’un stylet, ce qui a contribué à faire bouger les lignes petit à petit. Mais même s’il existe ce type de périphériques pour l’iPhone et l’iPad, Apple ne s’était jamais lancée sur ce marché.

Changement de pied avec l’iPad Pro : cette fois, la tablette de 12,9 pouces a droit à son propre stylet, l’Apple Pencil, vendu 109 € en option, et qui n’est compatible qu’avec ce produit. Jonathan Ive, le designer du constructeur, a donné une explication : Apple s’est finalement rendu compte qu’« il y avait clairement un groupe de personnes ayant besoin d’un instrument leur permettant de peindre ou de dessiner d’une manière impossible à accomplir avec le doigt. Et je soupçonne qu’il ne s’agit pas d’un petit groupe de gens ».

Néanmoins, il n’est pas question de modifier quoi que ce soit dans l’interface d’iOS, qui se doit d’être manipulable avec les doigts. Le stylet n’est là que pour faciliter le dessin.

Source : journaldugeek.com

PUBLICITÉ

Voir les commentaires

Google Chromebit : Une clé pour faire de votre Tv un ordinateur

18 Novembre 2015, 19:32pm

Publié par Grégory SANT

Après deux Chromecast, Google confirme une nouvelle fois son intérêt pour les clés HDMI en lançant le Chromebit, un dispositif permettant de transformer n’importe quel écran ou TV en ordinateur sous Chrome OS.

Annoncé en avril dernier et développé en partenariat avec Asus, le Chromebit est lancé aujourd’hui. Disponible contre 85 dollars, il est presque aussi compact qu’une clé USB pour un poids n’excédant pas 75 grammes. Il est animé par un processeur ARM, un Rockchip 3288 cadencé à 1,2 GHz (quatre coeurs Cortex A17 - GPU Mali 760). 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage complètent la configuration. Des caractéristiques suffisantes pour exploiter Chrome OS qui, rappelons-le, se limite au navigateur Chrome et aux applications Web de Google, soit principalement de la bureautique.

Pour fonctionner, le Chromebit nécessite une alimentation externe. Il est également pourvu de connexions Bluetooth et Wi-Fi ac ainsi que d’un port USB auquel on peut relier un périphérique externe, voire un HUB USB pour multiplier les branchements (clavier, souris, imprimante, etc.)

Le commun des mortels pourra l’utiliser pour transformer un téléviseur en une sorte de media center, mais le Chromebit devrait principalement trouver son public auprès des écoles et des entreprises. Disponible aux États-Unis dans quelques jours, puis dans onze pays par la suite (Australie, Canada, Danemark, Finlande, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège, Espagne, Suède, Taïwan et Royaume-Uni), le Chromebit n’a en revanche aucune date de sortie fixée dans l’Hexagone.

À noter que Google n’est pas le premier à proposer un tel accessoire. Intel avait ainsi présenté au CES 2015 le Compute Stick, une clé HDMI embarquant au choix Windows (149 $) ou Linux (99 $).

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Un clavier projeté par NEC

6 Novembre 2015, 18:55pm

Publié par Grégory SANT

Le japonais NEC se propose de faire travailler ensemble des lunettes intelligentes et une smartwatch pour « projeter » un clavier sur votre avant-bras - DR

Le groupe japonais se propose de faire travailler ensemble des lunettes intelligentes et une smartwatch pour « projeter » un clavier sur votre avant-bras.

Travaillant depuis des années sur les applications professionnelles de la réalité augmentée, le groupe japonais NEC vient d’annoncer qu’il allait commercialiser dans les prochains mois un système innovant de clavier virtuel apparaissant sur le bras des utilisateurs.

L’application « ARmKeypad » pourra, en théorie, fonctionner avec les smartglasses et les smartwatches de différentes entreprises selon un principe unique. En visualisant la montre par le biais de la caméra des lunettes « intelligentes », le logiciel de NEC va déterminer la localisation exacte de chaque appareil et également estimer la position du bras de l’utilisateur. Il va ensuite projeter dans les lunettes l’image d’un clavier, dont l’apparence peut être personnalisée, sur l’avant-bras équipé de la smartwatch. L’utilisateur peut ensuite utiliser avec son autre main le clavier en tapotant légèrement sur son bras. Chaque légère vibration du bras étant « traduite », par les capteurs de la montre, en une frappe sur le clavier virtuel. « Vous n’aurez plus à interrompre votre travail manuel. Dès que vous regardez votre bras, votre clavier apparaît et peut être utilisé », explique le groupe.

Marché porteur de la réalité augmentée

Dans un communiqué, NEC explique que cette application pourrait faciliter le travail de nombreux acteurs dans les secteurs de la médecine, de la manutention ou de la sécurité, en libérant leurs mains et en leur évitant de manipuler un clavier ou un écran physique. Il présente ainsi les avantages potentiels pour des policiers ou des employés devant relever les niveaux d’une multitude de compteurs. Pour le groupe, ce système visuel serait également supérieur aux solutions développées sur la voix car il fonctionne parfaitement dans les environnements de travail bruyants.

Avec cette nouvelle application, NEC, qui a progressivement abandonné l’électronique grand public pour se concentrer sur les solutions aux entreprises, espère s’imposer, dans les prochaines années, comme l’un des acteurs incontournables de la réalité augmentée, sur lesquels misent déjà énormément les géants Facebook, Google, Sony ou encore Microsoft. Selon le cabinet Digi-Capital, le marché mondial annuel de la réalité augmentée pourrait potentiellement atteindre 120 milliards de dollars dans le monde à l’horizon 2020. Un peu plus d’un tiers de ces volumes serait lié aux ventes d’équipements. L’essentiel étant généré par la vente de solutions dédiées dans les secteurs du divertissement, de l’e-commerce ou de la gestion de données.

Source : lesechos.fr

Voir les commentaires

Un casque exclusif par Sennheiser

5 Novembre 2015, 20:50pm

Publié par Grégory SANT

Seulement 3 exemplaires du casque audio très haut de gamme de Sennheiser existent au monde. Nous avons eu la chance d’en écouter un. Rendez-vous en 2016 pour l’acheter.

Craquera, ne craquera pas? Sennheiser vient de lever le voile sur Orpheus, son nouveau casque audio très, très… très haut de gamme. Si la marque d’audio allemande parle du « meilleur casque audio du monde », c’est sans conteste, le plus cher. Commercialisé dès janvier 2016, Orpheus sera vendu 50 000 euros et fabriqué à la commande. Sennheiser prévoit de n’en produire que 250 par an. Autant dire qu’il risque d’y avoir des heureux… et des frustrés! Orpheus, c’est le descendant d’un premier casque audio iconique également nommé Orpheus et qui fut lancé par Sennheiser en 1981.

DES ECOUTES A HANOVRE

2015 et voici un digne descendant qui a réclamé 10 années de travail avec une trentaine d’ingénieurs, selon le chef de projet Axel Grell. « Nous voulions montrer ce dont nous étions capables. Je ne vois pas ce qu’aujourd’hui nous pourrions faire d’encore mieux », confie t-il modestement. Par bonheur, nous avons pu écouter quelques plages musicales avec Orpheus sur les oreilles. Si le son parfait existe, c’est bien évidemment le son « live », mais le moins que l’on puisse dire est que celui proposé par le casque de Sennheiser s’en rapproche au plus près. Pour partager cette expérience incomparable où l’émotion le dispute à la passion, il faudra attendre le salon de l'électronique CES de Las Vegas (en janvier 2016), voire prendre un rendez-vous à Hanovre, en Allemagne, là où Orpheus sera fabriqué et où Sennheiser envisage d’inviter les futurs acheteurs de son casque à des après-midis d’écoute. Pour l’heure, seuls trois exemplaires du casque circulent dans le monde.

Voir les commentaires

La fin des lunettes ?

26 Octobre 2015, 18:41pm

Publié par Grégory SANT

Une application qui corrige la presbytie, un site web qui propose un programme de stimulation visuelle en ligne, des lentilles high-tech qui réduisent la myopie…bienvenue dans la révolution de l’e-santé. Peut-on vraiment corriger sa vue en évitant le port de lunettes ou de lentilles ? Quelles sont ces innovations digitales qui vous promettent une vue meilleure ?

GlassesOff : une application mobile pour corriger la presbytie

Fruit des recherches d’une start-up israélienne spécialisée dans les neurosciences, l’application mobile GlassesOff propose des exercices destinés à entraîner votre cerveau à augmenter sa vitesse de traitement des informations et à vous empêcher de voir flou. L’explication est neuroscientifique : nos yeux capturent des images toutes les 200 millisecondes. Si le cerveau est capable de suivre ce rythme, la vision est nette, mais s’il est en retard, elle devient floue. L’idée est donc d’entraîner le cerveau à interpréter rapidement toutes ces images pour augmenter son efficacité et limiter la dépendance aux lunettes. L’application est proposée sous la forme d’un abonnement. Les bienfaits des exercices se feraient sentir au bout de deux mois, à raison de trois séances par semaine. Les créateurs de l’application revendiquent un taux de succès de 90%. A vous de tester…

revitalvision.fr : un programme 100% digital pour améliorer l’acuité visuelle

Le site revitalvision.fr propose un programme d’entraînement en ligne pour améliorer la vue. Il s’agit d’exercer son cerveau par des exercices pratiques de correction visuelle, que vous pouvez réaliser à votre rythme depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Cette technologie s’appuie sur une idée simple : en période de fatigue, on a l’impression de voir moins bien. Or, l’œil n’a pas changé, c’est le cerveau qui nous renvoie cette idée. Le principe du programme est basé sur les recherches neuroscientifiques liées à la plasticité cérébrale : il s’agit d’entraîner le cerveau à mieux voir par des exercices pratiques de stimulation visuelle destinés à corriger tous types de problèmes (myopie, amblyopie, presbytie débutante, etc.). Ce programme en ligne de rééducation visuelle est vendu sous la forme d’un forfait selon le type de problème à corriger.

L’orthokératologie : des lentilles high tech pour corriger la myopie

Autre innovation qui fait bouger les pratiques en matière d’ophtalmologie : l’orthokératologie. Ce terme un peu barbare cache cependant une vraie innovation. Il s’agit en effet de corriger les petites et moyennes myopies en portant la nuit des lentilles correctrices nouvelle génération. Sachant que 40% des Français souffrent de myopie, cette innovation est promise à un bel avenir et a déjà séduit les Asiatiques et les Anglo-saxons. Donc si vous n’avez pas peur de porter des lentilles la nuit, l’orthokératologie est sans doute faite pour vous.

Peek Vision : une application pour détecter un problème de vue

Peek Vision est une application smartphone qui cible les 285 millions de personnes dans le monde touchées par une déficience visuelle. En particulier, les plus pauvres qui n’ont pas les moyens matériels ou financiers de s’offrir les services d’un ophtalmologiste pour diagnostiquer et corriger leur déficience. L’application pourrait également intéresser des personnes vivant dans des zones reculées et pouvant difficilement se déplacer chez un spécialiste de la vision. Peek Vision scanne le cristallin pour déceler les cataractes, effectue un contrôle de la rétine en scannant le fond de l’œil et peut même être utilisée pour réaliser des contrôles de l’acuité visuelle et de la perception des couleurs. Développée par deux ophtalmologistes, l’application Peek Vision est encore à l’état de prototype mais se veut prometteuse. A suivre…. A terme, d’autres applications mobiles de ce type devraient être développées pour détecter et corriger les troubles de la vision. Un espoir pour les 30 millions de Français qui portent aujourd’hui des lunettes.

Source : orange.fr

Voir les commentaires

Quand l'iPhone 6S devient balance

26 Octobre 2015, 18:38pm

Publié par Grégory SANT

out juste lancé, l'iPhone 6s dévoile déjà l'une de ses fonctions "cachées". En effet : le mobile va pouvoir faire office de balance, et ce grâce au détournement de la technologie 3D Touch qu'il embarque. Explications.

D’ailleurs, ce « hack » concerne autant l’iPhone 6s que la version 6s Plus. En résumé, les deux derniers smartphones d’Apple disposent d’une fonction baptisée 3D Touch, qui va être capable de mesurer le degré de pression que vous exercez sur leur écran. En fonction du temps de pression appliqué, de nouvelles fonctions seront accessibles. Par exemple, en laissant votre doigt appuyé sur l’icône de l’application Mail, vous allez accéder à un menu permettant d’écrire un message à la volée.

Ceci étant, l’ingénierie inverse ayant déjà été appliquée avec succès sur cette technologie, il est désormais possible de transformer les deux smartphones en des balances plutôt précises. La vidéo qui suit, dans laquelle on voit Simon Gladman, l’auteur de ce hack, peser des prunes, vous donnera d’ailleurs une idée plus concrète de la chose.

Et bien que l’application transformant les iPhone de dernière génération en balance n’ait pas été distribuée publiquement, sachez que le code source du hack a été publié sur la toile. Même si on doute qu’Apple autorise l’arrivée sur son App Store d’une application détournant l’une des fonctions phare de ses mobiles. Reste alors la solution du jailbreak…

Source : gizmodo.fr

Voir les commentaires

Enceinet audio 360 par Samsung

26 Octobre 2015, 18:31pm

Publié par Grégory SANT

Samsung enrichit sa gamme audio avec une enceinte sans fil, à la fois innovante, performante et objet de déco, qui se fond dans tous les décors.
Une curiosité à découvrir au 107 Rivoli, à l’occasion de l’année de la Corée en France qui a débuté en septembre 2015.

PUBLICITÉ

Cette nouvelle enceinte Wi-Fi et Bluetooth diffuse un son de haute qualité et de manière homogène à 360°, et se singularise également par son design. Ses courbes et sa forme ovoïdale en font un objet de décoration intemporel, qui peut trouver sa place dans tout type d’intérieur. De couleur blanche ou noire, mise en élévation sur son pied Tripod ou pas, l’enceinte se pose et s’expose.
La compatibilité Wireless Audio System permet, en outre, de piloter l’enceinte Audio 360 avec l’application Multiroom.

A partir de 399 €, dans les magasins FNAC à partir du 19 octobre.
181 x 422 x 181 mm. Poids : 3.4 kg. Existe en blanc et noir, touché céramique.
Diffusion du son à 360°. S’utilise en Wifi ou Bluetooth. Peut être utilisée sur un trépied, vendu séparément.

En marge de l’exposition KOREA au musée des Arts Décoratifs de Paris, qui content et racontent la Corée à travers la mode, le graphisme et le design, la boutique du musée le 107 Rivoli présente des éditions limitées de la nouvelle enceinte de Samsung, signées des créateurs designers coréens Kwang-Ho Lee et June Lee.

Source : w3sh.com

Voir les commentaires

Serif : le nouveau téléviseur Samsung par les frères Bouroullec

21 Octobre 2015, 20:03pm

Publié par Grégory SANT

Samsung révèle en exclusivité au London Design Festival, qui se tient du 21 au 27 septembre 2015 à Londres, un nouveau concept de téléviseur réalisé en collaboration avec Ronan et Erwan Bouroullec. Mettant de côté l’obsession de finesse des écrans d’aujourd’hui, Samsung Serif propose un nouveau concept de téléviseur.

Conçu avant tout comme un élément de mobilier, Samsung Serif s’intègre naturellement aux intérieurs et s’adapte à modes de vie de ses acquéreurs. Son élégance s’accompagne bien sûr du savoir-faire technologique de Samsung.

Premier projet de nature technologique pour Ronan et Erwan Bouroullec, Samsung Serif est le fruit d’une collaboration initiée en 2012 par Yung-Je Kang, directeur du design des téléviseurs Samsung.

Tout au long du processus de conception et de développement, les frères Bouroullec se sont appuyés sur un grand nombre de dessins et de modélisations 3D, ainsi que sur une série de maquettes dans des matériaux tels que le bois et l’argile de modelage, ces dernières ayant constitué une étape décisive avant le passage aux prototypes avancés. Beaucoup de voies différentes ont été explorées avant d’arriver au concept final de Serif.

De face, le téléviseur se distingue par son cadre monochrome sobre et d’un seul tenant. De profil, il forme un «i» majuscule. Son corps mince s’évase aux extrémités et se transforme, en haut, en une surface plane pouvant faire office de petite étagère. En bas, cette forme lui assure une assise solide et une intégration parfaite à n’importe quel type de mobilier. Sa forme le rend extrêmement manipulable. Ses pieds amovibles lui ajoutent un supplément de mobilité et lui permettent d’être déplacé n’importe où, sans contrainte.

A l’arrière, un panneau en tissu rend la connectique invisible et permet ainsi au téléviseur de rester élégant sous tous les angles. Les motifs de ce cache s’apparentent à ceux de l’interface et sont assortis à la couleur du téléviseur. Samsung Serif est disponible en trois couleurs (blanc ivoire, bleu foncé et rouge) et trois formats (mini 24”, medium 32” et 40”).

Ronan et Erwan ont eu carte blanche pour développer le design du téléviseur. Ils ont aussi élaboré l’interface utilisateur, qu’ils ont dotée d’une nouvelle fonction baptisée «curtain mode». A la croisée du mode veille et de l’affichage normal, cette fonction diffuse une image abstraite, mouvante et silencieuse.

«Dès le départ, notre objectif était d’associer notre approche de l’objet et du meuble à la technologie de Samsung pour créer un objet qui puisse s’intégrer naturellement à différents environnements.

Nous avions le sentiment qu’au cours des dernières décennies, le design des écrans avait été beaucoup plus influencé par le progrès technologique que par nos propres cultures et modes de vie. Samsung Serif affiche des formes et des couleurs qui rompent volontairement avec les thèmes masculins habituels de taille d’écran et d’innovation technologique qui nourrissent traditionnellement l’univers des téléviseurs. Notre téléviseur se différencie en ce qu’il place l’art de vivre au cœur du sujet», a expliqué Erwan Bouroullec.

Pour sa part, Yung-Je Kang a souligné que «la technologie occupant une place de plus en plus importante dans nos vies, le design d’un produit est aujourd’hui une question aussi fondamentale que sa fonction. C’est pourquoi Samsung s’est efforcé de bousculer le marché du téléviseur, en se concentrant sur les modes de vie des utilisateurs et sur leurs émotions plutôt que sur les seules spécifications techniques et innovations technologiques. Ronan et Erwan Bouroullec ont joué un rôle déterminant dans cette réussite à travers le projet Samsung Serif. A tous les niveaux, ce téléviseur ne pouvait voir le jour que dans un esprit d’artisan. Il est le fruit d’une rencontre de passions entre Samsung et les Bouroullec».

Notons que le téléviseur Samsung Serif sera mis en vente chez certains détaillants au Royaume-Uni, en France, en Suède et au Danemark à compter du 2 novembre 2015, ainsi que sur www.seriftv.com.

Source : businessnews.com

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>