Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un Design Think Tank chez SNCF

15 Janvier 2016, 19:38pm

Publié par Grégory SANT

En septembre 2015, la SNCF avait dévoilé le futur siège TGV première classe. © VOYAGES SNCF - JF STILLING

La SNCF a l'ambition de mieux appréhender les usages et les attentes des clients afin de mieux y répondre. Pour cela, la compagnie lance le Design Tank SNCF, un think tank dédié au design qui mise sur les contributions d'experts et de ses collaborateurs, et pour sa première édition, sur les avis de ses clients.

Conception des trains, aménagement des gares, signalétique, services, applis mobiles... "90% d'utile, 10% de plaisir". C'est ainsi que la SNCF présente sa philosophie lorsqu'elle conçoit une offre. Aujourd'hui, la compagnie souhaite approfondir cette démarche en lançant un think tank dédié au design, qui sera "alimenté" par des experts, des talents, des collaborateurs de la SNCF. L'objectif ? Améliorer l'expérience de chacun – clients comme salariés du groupe public.

Chaque session du Design Tank SNCF dure six mois autour d'une thématique. La première porte sur "la mobilité augmentée", c'est-à-dire "tout ce qui peut améliorer le voyage soit parce qu'elle le simplifie, soit parce qu'elle l'enrichit".

Le think tank va travailler dans deux directions : un appel au grand public – clients, professionnels du design, collaborateurs SNCF – pour identifier des situations et des usages quotidiens à améliorer. Le dépôt des contributions aura lieu du 21 janvier au 29 février 2016 sur le site dédié au Design Tank.
Charge ensuite à un groupe d'experts de la SNCF et à ses partenaires design d'imaginer des solutions pour répondre aux cinq usages qui auront été sélectionnés par le jury composé de directeurs de la communication de la SNCF des différentes activités.
Enfin, les meilleures solutions seront sélectionnées par un collège Design constitué de dirigeants de la SNCF et de responsables Marketing "d'entreprises partenaires à fore sensibilité design".

Second axe de travail, la SNCF va réaliser une étude prospective sur le futur de la mobilité augmentée, ses grandes tendances à 10 ans et plus. Cette enquête s'appuiera sur les études déjà réalisées par la compagnie, une recherche spécifique sur les mobilités émergentes et des entretiens avec des sociologues, des experts de la mobilité, des prospectivistes, des urbanistes...

La SNCF promet de tout révéler au mois de juin : les solutions design retenues comme les résultats de l'étude prospective qui doivent se répondre.

Les clients verront alors si la SNCF est capable de nous faire préférer le train.

Source : mobilicities.com

Voir les commentaires

Characters : Révisez vos années 90

15 Janvier 2016, 19:35pm

Publié par Grégory SANT

Fan de minimalisme et de séries, nous vous proposons quelques délicieuses minutes de procrastination pour arriver tranquillement à la fin de ce vendredi. Au menu des réjouissances un projet d’énigmes visuelles sur la pop culture appelé "Characters".

Mis au point par Jybe, un designer suisse de 33 ans, le concept exploite des personnages emblématiques représentés sous leur forme la plus épurée. L’idée est alors de réussir à les reconnaître, un moyen ludique de réviser ses années 90 et autres joyeusetés.

« Le concept graphique est tiré d’une ancienne pub Lego. L’idée est de représenter de manière minimaliste des personnages de pop culture avec un empilement de briques de couleurs. »

Pour jouer, il suffit de cliquer sur les images pour recevoir des indices, puis la réponse. Allez hop, cela vous fera une pause entre chaque film d’Allan Rickman que vous allez visionner dans les semaines à venir.

Source : ubergizmo.com

Voir les commentaires

Une e-bulle immersive par Leet Design

15 Janvier 2016, 19:33pm

Publié par Grégory SANT

La très jeune start-up Leet Design, créée en Auvergne, vient de livrer sa première E-Bulle au groupe Accor. Un joli coup pour ce fauteuil connecté destiné à révolutionner les espaces de travail partagé.

Leet Design livre sa première e-bulle immersive connectée pour open space Difficile d'espérer une meilleure pub. Gaspard Broustine, 26 ans, originaire de Vichy (Allier), vient de livrer sa toute première E-Bulle au siège social du groupe Accor Hôtel, à Evry. Ce fauteuil nouvelle génération est le premier et seul poste de travail connecté et immersif pour les espaces partagés.

Solution design au malaise des open space

Conçue comme une bulle de confort isolante, au look année 70, elle mêle esthétisme et nouvelles technologies. Une fois immergé à l'intérieur du fauteuil, l'utilisateur rabat la visière qui le coupe des nuisances extérieures. Celle-ci est équipée d’un écran 23 pouces tactile full HD fonctionnant sous Androïd. Les accoudoirs possèdent des connectiques USB, HDMI et un variateur d’ambiance lumineuse etc...

Son concepteur diplômé de l'INSEEC Paris et d'un MBA (Master of Business Administration), d'études supérieures de gestion et de management des entreprises à Melbourne, s'est lancé dans cette aventure il y a trois ans. "C'est en faisant un stage dans une entreprise de communication que j'ai réalisé à quel point les open space ne sont pas propices à la concentration. C'est ainsi que j'ai eu l'idée de créer cette bulle immersive et connectée".

Made in Rhone-Alpes-Auvergne

D'abord soutenu financièrement par ses proches, Gaspard Broustine a été ensuite aidé par la French Tech, via la BPI, et par la région Auvergne qui croient beaucoup en son invention.

Designée à Saint-Etienne, et désormais produite industriellement dans la région de Boug-en-Bresse, chez Maréchal Polyester, la e-bulle est destinée notamment au siège des grands groupes et aux grands hôtels. Son créateur espère en vendre une vingtaine en 2016, malgré un coût assez élevé (14 500 euros l'unité). "C'est un objectif raisonnable, avance l'entrepreneur. J'ai déjà des contacts avancés avec des acheteurs intéressés pour améliorer leur environnement de travail".

Source : usine-digitale.fr

Voir les commentaires

Concept-Bike par Audi

14 Janvier 2016, 19:37pm

Publié par Grégory SANT

Le groupe allemand publie les photos d’une concept-bike qui apparaît sous la marque Audi, et non sous celle de Ducati, pourtant dans son giron. Des détails semblent pourtant issus de la production italienne…

Le studio de design de Damien Vizcarra, nommé 5:11 am, a imaginé une concept-bike pour Audi. Le groupe automobile s’intéresse de plus en plus à la moto après avoir racheté Ducati.

Le designer est le second artiste à dévoiler sa vision de la moto dans le giron d’Audi. Le constructeur automobile approche de plus en plus le monde de la moto depuis son acquisition de la compagnie Ducati. C’est donc la seconde concept-bike que la marque diffuse. Seule caractéristique commune aux deux motos : la suspension avant en monobras.

Le premier essai était français
En juin 2013, trois Français avaient publié le dessin d’une Audi deux-roues. Clément, Marc et Thibault Couvreur avaient imaginé un concept motorisé par le bicylindre d’une Ducati 848. Une moto au style futuriste, accueillant un moteur thermique.

Hybride
Pour ce deuxième concept, Damien Vizcarra ne mentionne pas de moteur en particulier mais parle d’une moto hybride. Avec des éléments tels que la transmission magnétique, on aurait pu penser à une moto 100 % électrique mais des pièces comme les pots d’échappement situés sous la selle confirment que le moulin - aussi compact soit-il - fonctionnerait à l’essence.

Caméras au bout du guidon
Détail qui tue, les embouts de guidon font office de caméras. Les images seront retranscrites au pilote par le biais d’un casque Arai à affichage tête haute, sur lequel Damien Vizcarra est actuellement en train de travailler.

Ducati touch
Sur chacun des dessins de moto publiés par Audi, on peut clairement noter l’inspiration Ducati, filiale du groupe automobile. Sur le premier concept, le feux arrière ressemblait à s’y méprendre à celui d’une Panigale. Sur celle-ci, la forme des optiques avant et arrière est copié sur la XDiavel.

Renouer avec les origines
Audi ne cache pas son envie de revenir dans la moto. Oui, il s’agit bien d’un retour. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Audi était le premier producteur de motos en Allemagne. Son modèle phare, la RT 125, a d’ailleurs été l’inspiratrice de plusieurs motos plus connues, telles la Yamaha 125 YA-1.

Dans la boutique motomag :

Voir les commentaires

Concept Car Acura Precision

14 Janvier 2016, 19:32pm

Publié par Grégory SANT

Acura soulignera son 30e anniversaire cette année, et au Salon de l’auto de Detroit, elle a présenté une voiture conceptuelle sur laquelle on s’inspirera pour styliser les futurs modèles de production de la compagnie.

« On a fait une introspection, en réfléchissant profondément, en équipe, à propos de nos valeurs fondamentales, et ce qu’elles signifient pour le futur de notre marque », a cité Jon Ikeda, vice-président et directeur général pour la division Acura en Amérique du Nord. « Dans le processus, nous avons réaffirmé que pour la clientèle, il n’y a pas une promesse plus nette pour la marque Acura que la Performance travaillée avec précision. »

Cette philosophie d’Acura, intitulée Precision Crafted Performance en anglais, est la même utilisée y a trois décennies lorsque le constructeur a créé l’Integra, la Legend et la NSX. On a peut-être dérivé de cet ADN original au fil du temps, mais maintenant, les gens d’Acura confirment s’y coller plus que jamais.

Si l’Acura Precision Concept est une indication de ce qui se prépare pour la clientèle d’Acura, l’avenir semble beaucoup plus prometteur au chapitre du design.

La Precision Concept est un gros coupé à quatre portes – plus gros même que le coupé Mercedes-Benz Classe S – avec une carrosserie frappante, dotée de lignes angulaires et de proportions dynamiques. Présentée sur la scène au Salon de Detroit par Dave Marek, directeur créatif global pour la division Acura, la voiture « est plus qu’un simple véhicule conceptuel. Il s’agit d’un exercice de design qui inspirera littéralement la direction stylistique de tous les futurs produits d’Acura. »

Les phares Jewel Eye, qui caractérisaient la partie frontale des véhicules Acura au cours des dernières années, seront largués. La marque se concentrera désormais sur des phares Jewel Constellation, qui seront beaucoup plus fascinants. Le gros changement se situe au chapitre de la calandre, qui délaissera la garniture argentée en forme de bec d’oiseau au profit d’une grille grande ouverte, avec un écusson surdimensionné monté au centre. Ce design signature de la calandre s’appelle maintenant Diamond Pentagon, en passant. L’habitacle du concept est tout aussi audacieux et dynamique que la carrosserie.

Le constructeur n’a pas mentionné quel type de motorisation se retrouve sous le capot de l’Acura Precision Concept, probablement parce qu’il n’y en a pas. On verra bien si cette voiture inspirera la création d’un coupé à quatre portes de série chez Acura, qui complèterait très bien la gamme entre la berline RLX et l’ahurissante NSX.

Source : guideautoweb.com

Voir les commentaires

Un fauteuil roulant électrique par Whill

14 Janvier 2016, 19:28pm

Publié par Grégory SANT

Trois jeunes ingénieurs californiens ont conçu un fauteuil roulant électrique performant, qui a obtenu un prix de design.

La société californienne Whill a été fondée en 2011 par Satoshi Sugie, un jeune ingénieur issu de l’Advanced Transportation Department de Nissan, et Junpei Naito, qui développait des caméras pour l’automobile chez Sony. Ils ont été rejoints par Muneaki Fukuoka, qui développait des équipements médicaux chez Olympus. Ils avaient pour projet de développer un fauteuil roulant électrique pouvant s’adapter à de multiples terrains, qui soit à la fois innovant, très fonctionnel et chic.

Ainsi est né le Type-A. Celui-ci est doté de 4 roues motrices pour plus de mobilité, mais pour simplifier la transmission du mouvement, elles sont fixes par rapport au châssis. Les changements de direction sont faits en jouant sur leurs vitesses de rotation respectives. Pour éviter tout ripage, les roues avant de 250 mm de diamètre sont constituées d’un tore passant à travers 24 galets en caoutchouc leur donnant à la fois une accroche longitudinale et une liberté de déplacement latérale.


Les roues originales permettant des déplacements
dans tous les sens sans rip
age

Le Type-A est ainsi prêt à escamoter les obstacles jusqu’à 75 mm et franchir des pentes de 10°. L’autonomie de l’engin est de 20 km, ce qui correspond largement à un besoin journalier.

Le paramétrage (inclinaison assise, dossier et bras, profondeur de l’assise, hauteur du siège et du repose-pied, vitesse de 9 km/h maxi, accélération…) et la commande de l’engin peuvent être effectués depuis une application sur smartphone, ou bien à partir d’une souris ou d’un joystick intégrés aux bras du fauteuil.

Des caractéristiques et des capacités qui lui ont valu un Good Design Award 2015 à Tokyo en octobre dernier.

Source : industrie-techno.com

Voir les commentaires

LG G5 : le smartphone modulaire

14 Janvier 2016, 19:23pm

Publié par Grégory SANT

Le nouveau prototype.

Le LG G5 devrait faire son arrivée avec un nouveau design. Le coréen semble avoir cédé à la tendance tout métal. Toutefois, contrairement à ses concurrents, il ne devrait pas priver ses clients de la traditionnelle batterie amovible et semble nous réserver quelques surprises.

Toujours d’après les mêmes sources, les boutons de volume seraient finalement déplacés vers la gauche. Un bouton « Home » abriterait le lecteur d’empreintes digitales et on retrouverait un double capteur photo sur le dos. Une rumeur qui n’est pas nouvelle et qui permettra, encore une fois, d’améliorer la partie photo du téléphone, comme c’est le cas de chaque année.

Tant de petites nouveautés qui devraient venir faire la différence, une fois associées au processeur Snapdragon 820 de Qualcomm et à l’écran Quad HD de 5,3 pouces attendus à bord. Notez tout de même que les constructeurs ont pour habitude de produire plusieurs prototypes différents. Il faudra donc attendre la présentation du téléphone pour savoir si cette conception modulaire a été conservée.

Source : phonandroid.com

Voir les commentaires

Le casque de moto à affichage tête haute

13 Janvier 2016, 18:55pm

Publié par Grégory SANT

BMW dévoile un prototype de casque affichant les informations utiles aux motards dans leur champ de vision. Il intègre par ailleurs deux caméras, l’une pour voir ce qu’il se passe derrière, l’autre pour filmer ses trajets.

La division moto de BMW (Motorrad) est également présente au CES de Las Vegas. L’occasion pour la marque de présenter un prototype de casque intégrant un étonnant dispositif d’affichage tête haute. Pour l’heure, aucune date de commercialisation ni de prix n’ont été communiqués, mais le concept est prometteur, même si des questions de sécurité se posent toujours avec de tels dispositifs un peu… intrusifs.

Un casque à réalité augmentée

Le premier élément qui saute aux yeux donc – et c’est le cas de le dire – est l’intégration d’une lentille et d’une plaque de projection, juste derrière la visière, devant l’œil droit du pilote.

Sur cet écran transparent sont projetées différentes informations en provenance du smartphone du motard et de l’électronique de la moto : vitesse, rapport enclenché ou encore instructions de guidage GPS. Et comme ce casque est compatible Bluetooth et qu’il pourra accueillir les systèmes audio et micro de la marque, cette technologie permet également d’afficher le nom du morceau en cours de lecture sur le smartphone ou celui du contact lors d’un appel entrant.

Pour y répondre, le casque sera livré avec une sorte d’anneau à positionner sur la poignée de gauche du guidon.

Un système de caméra embarquée

Le casque intègre également deux caméras l’une à l’avant et l’autre à l’arrière. Cette dernière officie comme rétroviseur arrière pour pallier le manque de visibilité à moto.

Et face à cette nouvelle donnée, on s’interroge sur l’impact d’un tel affichage sur la visibilité du pilote et son attention. Ce à quoi le constructeur nous répond que le système de projection est intelligent et ajuste en permanence sa luminosité pour ne pas déranger le conducteur. Un ajustement indispensable d’ailleurs pour ne pas être ébloui lorsqu’on roule de nuit ou dans les tunnels.

La caméra à l’avant permet de filmer ce qu’il se passe devant en Full HD. Deux usages en découlent : la possibilité d’enregistrer ses balades en souvenir ou alors filmer ce qu’il se passe devant pour s’en servir de preuve vidéo en cas d’accrochage. Seul souci : un tel dispositif nécessite forcément une alimentation et donc d’être rechargé. Le constructeur annonce d’ailleurs une autonomie de 5 heures.

A noter que nous avons eu le casque en main et que, malgré l’intégration de toute l’électronique, il ne nous a pas semblé particulièrement lourd.

Des phares laser en test

La division moto de la marque présentait également un autre prototype, une BMW K1600 GTL, mettant cette fois-ci en scène de nouveaux phares laser, garantissant une excellente visibilité. Et même sans l’avoir essayé en situation, nous voulons bien le croire.

En effet, compte tenu de l’expérience que nous avons vécue lors de nos différents essaies auto avec les BMW série 7 ou i8, intégrant elles aussi des phares laser, la BMW K1600 GTL devrait offrir un excellent confort d’éclairage.

Pour autant, ces optiques de nouvelle génération ne devraient pas entrer de sitôt en production en raison de leur coût trop élevé pour l’intégrer dans une moto. Mais avec une portée d’éclairage annoncée pour 600 mètres, la techno n’en reste pas moins très prometteuse.

Voir les commentaires

Nouvelle Alpine Renault

13 Janvier 2016, 18:51pm

Publié par Grégory SANT

Voir les commentaires

50% des emplois occupés par des robots en 2035 au Japon

13 Janvier 2016, 18:50pm

Publié par Grégory SANT

Selon une étude menée par des chercheurs japonais, l'automatisation des entreprises nippones va s'accentuer dans les 20 prochaines années et d'ici 2035 la moitié des emplois nippons disponibles seront préemptés par des robots, prévoit une filiale du géant Nomura, spécialisée dans la recherche et l'analyse de données.

Les analystes de l'institut ont réalisé cette étude en partenariat avec l'Université d'Oxford qui avait déjà enquêté sur ce thème, en se concentrant cette fois sur les États-Unis et la Grande-Bretagne. Les chercheurs se sont intéressés, pour chaque mission étudiée, à la probabilité qu'elle avait d'être automatisée en fonction du degré de créativité qu'elle réclame. Ils ont ainsi établi que des agents dans les bureaux administratifs, la livraison de marchandise, la production agricole, n'avaient pas nécessairement besoin d'être des humains.

A l'inverse, l'écriture ou l'enseignement ne risquent pas d'être informatisées à court terme. Au final, sur plus de 600 emplois examinés "jusqu'à 49 % des emplois pourraient être remplacés par un système informatique". Les emplois potentiellement automatisables sont plus nombreux au Japon qu'aux États-Unis et au Royaume-Uni, où respectivement 47 % et 35 % des emplois sont menacés par les robots.

Source : rtflash.fr

Voir les commentaires