Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le miroir du futur par Max Braun

9 Février 2016, 18:50pm

Publié par Grégory SANT

Max Braun n'est pas un ingénieur comme les autres. D'abord, il travaille chez Google. Ensuite, il est capable de concrétiser ses rêves futuristes, même pendant son temps libre.

Fasciné par les miroirs high tech qui affichent la météo, les infos et l'agenda dans les films de science fiction, comme celui qu'il a vu dans À l'aube du sixième jour avec Schwarznegger, notre ingénieur regrettait de ne pas trouver d'équivalent dans le commerce.

En bon bidouilleur, il s'est donc employé à bricoler le sien. Mais là où certains ont transformé un écran pour s'en approcher, avec un affichage par transparence, il a voulu un véritable miroir. "Je me suis commandé un miroir sans tain, une tablette, un panneau de contrôle, plus quelques composants et un peu de matériel de bricolage", explique-t-il sur son blog.

Le résultat est impressionnant, avec un véritable miroir, fonctionnel, peu encombrant. L'affichage est presque totalement monochrome pour rester discret. Quant aux informations, elles se mettent à jour automatiquement, mais une commande vocale existe tout de même. Max Braun admet avoir reproduit les principales fonctions de Google Now.

Tenté de faire la même chose? Max Braun a gentiment publié une photo détaillée de son montage électronique. Bon courage pour le reproduire...

Source : huffingtonpost.fr

Voir les commentaires

Des étoiles au poignet avec Van Cleef & Arpels

9 Février 2016, 18:45pm

Publié par Grégory SANT

La haute joaillerie et la haute horlogerie n’ont jamais fait si bon ménage. Si les maisons investissent massivement le créneau de l’horlogerie féminine et les métiers d’art reviennent sur le devant de la scène. Mais Van Cleef & Arpels n’a pas attendu que le sujet soit à la mode pour se tailler une place à sa mesure dans ce domaine.

« La mission d'une maison comme Van Cleef & Arpels, c'est avant tout d'enchanter et de faire rêver surtout dans le monde dans lequel on est explique Léa Dassonville, Directrice Marketing adjointe horlogerie. Aujourd'hui, ce que l'on a envie de susciter quand l'on regarde son poignet c'est une émotion, ça nous rappelle un souvenir, un sentiment d'éternité parce que les pierres qui sont là, représentent des années d'expérience, une bulle de beauté et de poésie dans la journée de la personne qui la porte. »

Enchanter le temps

Credit Photo - Van Cleef & Arpels

La spécialité Van Cleef & Arpels ? Le Temps Poétique. Voilà qui en dit long sur la manière dont le joaillier envisage le temps, prétexte à rêverie. Saison après saison, la maison enchante la ronde des minutes. Leur écoulement inexorable se métamorphose en carrousel poétique. Une ondine rêve au bord d’un lac, des papillons traversent les nuages, une hirondelle caresse les heures de la pointe de son aile. Ici le temps ne s’écoule plus entre nos doigts : Van Cleef & Arpels en fait une fête.

« On part toujours de ce que l'on a envie de dire, d'exprimer, une histoire, un dessin et on va chercher la technicité après » poursuit Léa Dassonville, faisant référence à une nouveauté de l’année, La Ronde des Papillons. « Nous avons trois aiguilles pour les minutes, qui sont en fait trois papillons, qui ont chacun un axe de rotation différent, une vitesse de rotation différente ». L’ensemble forme un sorte de petit théâtre du temps. « Nous aimons surprendre et réveiller l'enfant qui sommeille en chacun de nous. »

La nature comme source d'inspiration

Credit Photo - Van Cleef & Arpels

La nature fournit à Van Cleef & Arpels une source d’inspiration toujours renouvelée, un rêve et un étonnement permanent. Montres à secrets, complications poétiques, profusion de gemmes serties, les montres se font parures. Joyau parmi les joyaux, le bracelet montre Rubis Secret est une merveille. Il aura fallu 8 années pour rassembler les 115 rubis flamboyants et tous différents qui le composent, 1500 heures pour les sertir. Une expertise dont le joaillier s’est fait une spécialité, les « bijoux qui donnent l’heure », à l’origine des complications poétiques dans lesquelles la marque excelle plus que toute autre.

Surprise de cette édition 2016, Van Cleef & Arpels a trouvé un nouvel artifice pour étonner. Grâce à système astucieux, le tout nouveau mouvement de la Midnight Nuit Lumineuse produit de l’électricite, pour illuminer les diamants de la constellation de la Licorne. « Comment allumer une étoile dans le ciel ? » questionne Léa Dassonville. « Nous avons eu cette idée un peu folle il y a environ 4 ans ». L’équipe technique a utilisé la piézo-électricité pour faire briller les étoiles de ce ciel nocturne. « Pour nous c'est vraiment une nouvelle dimension, c'est comme si on ouvrait une porte, il y a un champ narratif qui s'ouvre ». Un champ tellement vaste qu’il ouvre bien des perspectives en matière d’astronomie poétique. « Nous sommes très heureux de partager cette enthousiasme et de voir en retour des petites lumières qui s'allument dans les yeux ».

Voir les commentaires

Fitbit lance Alta

9 Février 2016, 18:42pm

Publié par Grégory SANT

Fitbit a ouvert ses portes en 2007 et l’entreprise est actuellement valorisée à plus de trois milliards de dollars. Il s’agit d’un acteur incontournable sur le marché des « wearables » mais elle doit faire face à une concurrence de plus en plus rude.

Elle a donc profité du dernier CES pour présenter un produit se présentant sous la forme d’une montre fitness intelligente et elle a remis le couvert un peu plus tôt dans l’après-midi avec un produit très prometteur.

Le Fitbit Alta pourra être personnalisé en un instant

Le Fitbit Alta se présente sous la forme d’un bracelet assez fin et assez léger. Il est nettement plus discret que la Blaze et il n’aura aucun mal à se faire oublier une fois en place.

Il a une allure plutôt soignée mais ce n’est pas son seul atout car le module principal peut être détaché du bracelet et les utilisateurs auront donc la possibilité de le personnaliser à leur guise en investissant dans des accessoires supplémentaires.

Le fabricant semble d’ailleurs avoir vu les choses en grand avec des bracelets en métal, en cuir ou en plastique coloré.

Le module du coach embarque aussi un écran et il sera donc en mesure d’afficher l’heure, la date ou encore les objectifs de la journée. Il suffira d’effleurer sa surface pour changer de mode et pour afficher des alertes telles que les appels en absence, les messages ou même les rendez-vous du calendrier.

Les fonctions proposées par l’appareil sont assez basiques en revanche et il se contentera finalement de suivre notre activité en s’appuyant sur nos mouvements. Il ne sera malheureusement pas capable de mesurer notre fréquence cardiaque ou même notre chaleur corporelle.

Des fonctions un peu trop basiques

Bon point en revanche, le suivi du sommeil répond à l’appel et toutes les données seront automatiquement synchronisées avec l’application mobile du constructeur.

Le Fitbit Alta s’en sortira assez bien sur le terrain de l’autonomie puisqu’il pourra tenir 5 jours et 5 nuits avec une seule charge. C’est moins bien que le Shine mais c’est toujours mieux que les SmartBand et que la plupart des coachs électroniques du marché.

Reste à évoquer la question du prix. Pour profiter de ses services, il faudra débourser pas moins de 139,95 € et il faut avouer que ça fait un peu cher. Un prix situé sous la barre des 100 € aurait sans doute été plus facile à avaler.

Source : presse-citron.net

Voir les commentaires

Le bikini au secours des océans

8 Février 2016, 18:24pm

Publié par Grégory SANT

Pour sauver les océans, n'ayez pas peur de vous mouiller.

Des chercheurs de l'université de Riverside, en Californie, ont conçu un bikini qui vous permet de réduire la pollution marine en barbotant. Baptisé Spongesuit, ce "costume d'éponge" hydrophobe absorbe tout sur son passage – tout sauf l'eau. Sa matière recyclable et poreuse, dérivée du saccharose, se gorge de tous les polluants : jusqu'à 25 fois son propre poids, sans rien rejeter dans la mer et sans contact avec votre peau. Le maillot de bain contient des sortes de coussinets tampons qui piègent les polluants et qui, une fois pleins, peuvent être recyclés et remplacés par des neufs. Vous allez enfin apprendre à nager proprement, du moins si vous acceptez de porter un bikini. Autant dire que tout baigne dans l'huile.

Source : soonsoonsoon.com

Voir les commentaires

Une arme fatale anti-drones

8 Février 2016, 18:22pm

Publié par Grégory SANT

Suite aux risques représentés par les drones pénétrant dans les zones délicates, la police hollandaise a choisi une nouvelle méthode de protection, utiliser des aigles pour chasser les petits aéronefs.

Dans cette optique, le dressage des rapaces a été confié à Guard From Above, une association nationale de fauconniers. Elle disposerait de quelques mois pour exercer les aigles à cette nouvelle mission. Une évaluation déterminera si le projet sera lancé en situation réelle ou non.

Actuellement, lorsque des drones pénètrent dans un espace non autorisé, les autorités disposent de nombreux moyens d’intervention. Ils pourront utiliser des lasers, des brouilleurs, des filets ainsi que des fusils. Toutefois, après avoir été touchés, les drones risquent de tomber et pourraient causer de sérieux dégâts.

>>>Lire notre comparatif sur les meilleurs drones

Par contre, les aigles saisiront les drones en plein vol et les déposeront dans un lieu plus sûr. Néanmoins, une question reste sans réponse pour l’instant, comment assurer la sécurité des aigles face aux hélices tranchantes de leurs cibles ?

Deux options sont envisagées. Les aigles seront exercés à différentes approches, selon le type d’appareil, ou porteront des protections pour leurs pattes.

Source : tomsguide.fr

Voir les commentaires

Bootle Light par Steve Gates

8 Février 2016, 18:17pm

Publié par Grégory SANT

  • Source : industrialdesignserved.com

Voir les commentaires

Des éoliennes off-shore avec des pales de 80m pliantes

8 Février 2016, 18:15pm

Publié par Grégory SANT

Des éoliennes dont des pales couvrant plus de deux terrains de football pourraient un jour se développer aux larges des côtes du monde entier, avec à la clé un apport de puissance de 50 MW par unité.

Le défi est extrême : "concevoir une éolienne offshore de 50 MW à faible coût, nécessitant une pale de rotor de plus de 200 mètres de long, soit deux fois et demi de plus que toutes les pales d'éoliennes existantes".

"Les turbines exascales vont pouvoir profiter des économies d'échelle", a déclaré Todd Griffith, concepteur de la pale du projet et responsable technique pour le Sandia Offshore Wind Energy Program*.

Le nouveau design s'est basé sur les travaux antérieurs du Sandia qui concernaient des turbines éoliennes de 13 MW utilisant des pales de 100 mètres de long. Alors que cette éolienne de 50 MW va bien au-delà de toutes les conceptions actuelles, des études ont montré que la charge d'alignement pourrait réduire considérablement les contraintes mécaniques (stress et fatigue) sur les pales du rotor. Cela permettrait de réduire les coûts et autoriserait la construction de pales assez grandes pour atteindre une capacité de 50 MW.

La plupart des éoliennes américaines sont classées dans une gamme comprises entre 1 et 2 MW, avec des pales d'environ 50 mètres de long. La plus grande turbine disponible sur le marché atteint quant à elle les 8 MW avec des pales de 80 mètres de long. "Les Etats-Unis possèdent un grand potentiel d'énergie éolienne en mer, mais les installations restent chères, et par conséquent des éoliennes plus grandes deviennent nécessaires pour capturer cette énergie, à un coût abordable", a ajouté Todd Griffith.

Toutefois, des obstacles demeurent encore avant que les concepteurs puissent faire évoluer la turbine jusqu'à 50 MW - soit plus de six fois la puissance des plus grandes turbines actuelles.

"Les pales éoliennes classiques sont coûteuses à fabriquer, à déployer et à maintenir au-delà des 10-15 MW. Elles doivent être rigides, pour éviter la fatigue et éliminer le risque de casse du mât lors de fortes rafales. Ces pales rigides sont lourdes, et leur masse, qui est directement liée au coût, devient encore plus problématique à des échelles extrêmes en raison des charges de gravité et d'autres changements", a encore précisé le chercheur.

Ainsi, les nouvelles pales pourraient être produites plus facilement et à moindre coût en les segmentants. Ce procédé éviterait alors à la fois le casse-tête du transport et la conception des pales en un seul tenant.

[ Pales légères & rétractables en cas de tempêtes - Photo Trevor johnston ]



Des pales gigantesques inspirées des palmiers

Les turbines exaflopiques seraient situées sous du vent, contrairement aux turbines conventionnelles qui sont configurées avec un rotor face au vent.

La charge d'alignement est bio-inspirée par la façon dont les palmiers s'agitent lors des tempêtes. Le poids léger et segmenté du tronc se rapproche d'une série de coques cylindriques qui se plient dans le vent tout en conservant la rigidité du segment. Cet alignement inspiré des palmiers a pour effet de réduire drastiquement la masse nécessaire à une pale rigide tout en réduisant les forces sur celle-ci.

"A des vitesses excessives de vent, les pales sont rangées et alignées dans la direction du vent, réduisant de fait le risque de dommages. A des vitesses de vent inférieures, les pales sont déployées afin de maximiser la production d'énergie" a conclu Todd Griffith.

Les turbines exaflopiques pourraient être un moyen ambitieux d'atteindre l'objectif du DOE qui est de fournir dans le pays, 20% d'énergie éolienne d'ici 2030.

** Ces recherches menées par le Sandia National Laboratories sont financées par le ministère US de l'énergie (DOE) à travers le programme 'Advanced Research Projects Agency-Energy' (ARPA-E).

* L'équipe dirigée par l'Université de Virginie comprend également des chercheurs de l'Université de l'Illinois, de l'Université du Colorado, de la Colorado School of Mines et du National Renewable Energy Laboratory (NREL). Des partenaires experts d'entreprises tels que Dominion Resources, General Electric Co., Siemens AG et Vestas Wind Systems collaborent aussi à cet étonnant concept.

Source : enerzine.com

Voir les commentaires

Les innovations DIY

5 Février 2016, 18:25pm

Publié par Grégory SANT

Découvrez donc ces 5 innovations qui vont révolutionner le « do-it-yourself » – ou DYI, selon l’anglicisme à la mode – dans votre cuisine.

Les années 2000 virent le come-back des yaourtières et des machines à pain dans les cuisines. Les successeurs à ces machines high-tech mais encombrantes arrivent aujourd’hui sur le marché, pour faire toujours plus et mieux soi-même, pour élever ses propres vers, élever ses poissons ou encore cultiver sa spiruline.

Farm 432 : produire soi-même des vers de farine

Deux jeunes Autrichiennes ont inventé une machine, celle que vous voyez en photo ci-dessus, qui permet de produire soi-même, dans sa cuisine, ses propres vers de farine. Cela vous paraît peu ragoutant ? Il s’agit pourtant d’une des sources de protéines du futur, bien plus écologique qu’un steak ou qu’une escalope, d’autant plus si la « viande » ainsi produite l’est directement dans sa cuisine.

Les investisseurs ne s’y sont pas trompés : une campagne participative sur Kickstarter a permis de réunir l’argent nécessaire pour le lancement de la machine, prévue pour novembre 2016.

La machine peut produire jusqu’à 500 grammes de vers de farine par semaine, que l’on peut faire sauter, incorporer dans une poêlée ou frire pour croquer à l’apéritif. Les inventrices assurent que les vers ont « un goût léger de noix ou de champignon », et qu’on s’habitue très vite à la consommation hebdomadaire d’insectes home made. A suivre…

Alg&You : une « phytotière » pour faire sa spiruline maison

Les bienfaits de la spiruline, algue hyper-protéinée, sur la santé ne sont plus à démontrer. Ce produit miracle est d’autant plus intéressant qu’il est facile à cultiver, et pousse facilement sous nos latitudes.

Un entrepreneur toulousain a lancé Alg&You, start-up visant à fabriquer, en France, une « phytotière », sorte de yaourtière pour fabriquer soi-même sa spiruline à la maison. Lauréats du Concours mondial de l’innovation 2013, s’entourant de partenaires comme la marque d’électroménager Seb pour développer leurs prototypes, la machine devrait être commercialisée d’ici 2017.

La spiruline peut être utilisée comme complément alimentaire ou comme aliment en tant que tel : son goût salé et iodé peut permettre de faire des tapenades pour l’apéritif. En plus d’être bonne pour la santé, la spiruline est aussi écologique, puisqu’elle offre, comme les insectes, une source de protéines alternative à la viande, peu gourmande en ressources naturelles.

Cheese Maker, du fromage frais fait maison

Plus classique, et plus abordable, plusieurs sociétés proposent des kits pour faire son fromage soi-même. On peut les trouver en librairie, chez Alice Délice ou Nature & Découvertes par exemple.

Pas d’innovation technologique révolutionnaire ici : il s’agit de répéter, dans sa cuisine, les savoir-faire ancestraux de la fabrication de fromage : lait caillé et acidification.

Que les amateurs de roquefort crémeux ou de camembert toutefois passent leur chemin : il s’agit ici de produire du fromage frais type ricotta ou petit-suisse fait maison. Il suffit pour cela de mélanger du lait de son choix avec du jus de citron pour avoir un fromage frais crémeux, en une heure et demie. Il peut être mangé cru ou mélangé à d’autres ingrédients pour faire du fromage à l’ail et aux fines herbes ou du tzatziki. Une idée cadeau originale pour les amateurs de fromage.

Permacube : fruits, légumes et poissons en auto-suffisance

On avance d’un cran dans le fait maison, ou do it yourself avec le Permacube : lancé par des entrepreneurs français, il permet de cultiver des fruits et des légumes en symbiose avec un élevage de poissons en aquarium.

C’est le principe de l’aquaponie : des plantes sont cultivées au-dessus d’un aquarium qui héberge des poissons. Les plantes vont se nourrir de l’eau et des déjections des poissons comme engrais, et les poissons se nourriront en échange des nutriments rejetés par les plantes dans l’aquarium. Un parfait exemple de symbiose naturelle et de production alimentaire zéro déchet.

Permacube propose d’introduire l’aquaponie chez soi, avec un kit de fabrication en cours d’élaboration. La démarche se veut exemplaire en proposant un produit fabriqué en France, avec du bois issu de forêts gérées durablement, et peu consommateur en énergie.

La Permacube est un peu volumineuse pour être installée dans sa cuisine mais peut être installée sur une terrasse ou dans un garage, et permet de produire jusqu’à 200 kg de légumes par an et 50 kg de poissons.

Choc Creator : reproduire des formes, sculptures ou son propre visage en chocolat

Le principe de l’imprimante 3D est simple : on utilise de la matière, que ce soit de la résine, du plastique, ou de l’amidon pour « imprimer » en 3D, par couches successives, des accessoires du quotidien ou des pièces manquantes pour réparer ses objets cassés.

Le Choc Creator fonctionne sur le même principe, mais au lieu de couler du plastique, on fait couler du chocolat. Après avoir enregistré la forme que l’on souhaite créer, étoile, cube ou message écrit par exemple, dans la mémoire de la machine via un ordinateur, c’est elle qui fait le travail.

Originaire de Grande-Bretagne et commercialisée par la société Choc Edge à plus de 3.500 euros, elle séduit, on le comprendra aisément, avant tout aujourd’hui les pâtissiers ou les professionnels du chocolat.

Les créateurs travaillent toutefois sur des machines multi-fonctions, qui permettraient d’imprimer en 3D et de chez soi, ses pizzas ou ses chewing-gums de la forme que l’on souhaite.

Ces machines un peu gadget aujourd’hui pourraient révolutionner l’industrie agro-alimentaire en permettant à chacun de réaliser, de chez soi, des productions alimentaires élaborées et personnalisées. Tout cela ne remplace toutefois pas l’huile de coude pour faire soi-même sa nourriture, avec nos mains !

Voir les commentaires

Hors-bors 43CC par Revolver Boat

5 Février 2016, 18:20pm

Publié par Grégory SANT

Revolver Boats vient de dévoiler son troisième modèle de bateaux à moteur au design sportif et élégant. Après la sortie du 42R Evo et du 44 GT, deux vedettes au design sportif et au nez pointu, Revolver Boats dévoile son nouveau modèle. Fini le cabin cruiser inboard avec un grand bain de soleil à l'arrière. Le 43CC sera une console centrale avec un tableau arrière fermé et des moteurs hors-bord.

Ce nouveau modèle a été conçu par le designer italien Alberto Mancini (AM Yacht Design), qui avait également conçu le Revolver 44 GT, un grand succès de la marque italienne. Cette console centrale de 13 m s'adresse particulièrement aux marchés américain et émirati, mais pas que.

Le nouveau Revolver 43CC reprend des éléments de design introduits sur les modèles précédents et inspirés par le monde des voitures de sport, comme l'aileron arrière qui rappelle les voitures des années 60.

Il combine les espaces typiques des bateaux ouverts avec la performance et la manœuvrabilité qui caractérisent les bateaux de la marque. À l'avant, une banquette transformable en bain de soleil fait face au poste de pilotage design et dernier cri, protégé par un hard-top.

La cabine située à l'avant, sous le pont est lumineuse et assez spacieuse avec des rangements, un grand canapé/couchage et une salle de bain. Derrière le poste de pilotage, deux chaises longues modernes font face à la grande banquette de cockpit, collée contre le tableau arrière.

Le Revolver 43CC sera équipé de moteurs hors-bord Seven Marine (en option) pour une vitesse maximale de plus de 50 nœuds (92,6 km/h).

L'accès à bord se fera par des plateformes latérales dépliables, dans les pavois du cockpit. Les moteurs hors-bord ne permettant pas l'accès par l'arrière. À savoir si elles pourront rester dépliées au mouillage, à la manière du Galeon 500.

Source : bateaux.com

Voir les commentaires

Concours de design pour l'Hyperloop de SpaceX

5 Février 2016, 17:39pm

Publié par Grégory SANT

Une équipe d’ingénieurs du MIT a remporté ce 31 janvier le concours de design de capsule hyperloop organisé par SpaceX. Grâce à ce prix, l’équipe pourra réaliser un prototype taille réelle pour le faire concourir cet été sur une piste d’essai.


Le projet d'hyperloop du MIT a reçu le prix du meilleur design de capsule - Crédits : MIT

Durant l’été 2013, Elon Musk, patron de SpaceX, dévoilait dans un livre blanc les plans d’un "cinquième mode de transport", l’hyperloop. Pouvant atteindre une vitesse de 700 MPH, soit plus de 1 100 kilomètres par heure, il se présente sous forme de capsule se déplaçant dans un tube. Deux ans après cette annonce, SpaceX annonçait une compétition ouverte à tous pour concevoir cette capsule.

Cinq prix décernés

Au total, 23 équipes universitaires ont présenté leurs projets lors du concours de design de capsule organisé les 30 et 31 janvier 2016 à l’université du Texas. Trois d’entre eux ont reçu le prix d’excellence technique, une équipe néerlandaise a remporté le prix de l’innovation alors que le grand prix du meilleur design a été attribué à l’équipe du MIT.

Dans le détail, la capsule élaborée par le MIT devrait peser 250 kilogrammes. Elle sera composée d’une structure en fibre de carbone et polycarbonate et de feuilles de polycarbonate entourée d’un cadre en aluminium soudé. Bien loin de la vitesse initialement annoncée par Elon Musk, l’équipe du MIT compte atteindre une vitesse maximale de 110 mètres par seconde, soit 400 kilomètres par heure.

Un nouveau concours prévu cet été

Grâce à ce prix, le projet du MIT va pouvoir être construit dans le but de réaliser des tests réels près du siège social de SpaceX, à Hawthorne en Californie. C’est ici qu’Elon Musk a fait construire une piste d’essai d’un mile, soit 1,6 km.

Lors de cette compétition prévue en juin 2016, les projets amateurs seront rejoints par deux nouvelles équipes, issues des sociétés professionnelles Hyperloop Technologies et Hyperloop Transportation Technologies.

Ces deux sociétés possèdent déjà leurs propres pistes d’essai afin d’affiner leurs prototypes. Mais les universitaires bénéficieront d’un accès en open source aux données récoltées pour trouver le concept final le plus performant. La construction des prototypes doit débuter dans le courant du mois de février.

Source : usinenouvelle.com

Voir les commentaires